Notice complète

           

Crédits photographiques Musées d’Angers

Commander cette image ?

Les musées d'Angers mettent à votre disposition cette image pour un usage non commercial, dans le cadre de la législation en vigueur.

Si vous désirez une image en haute définition, vous pouvez consulter nos conditions de reproduction et tarifs, puis passez commande :




Commander !

Désignation :
Titre : Corbeille de raisins, pommes et poires et galettes 1764
Rôle de l'auteur :
Peintre 
Auteur :
Date de création :

Technique :

Support :
Toile

Mesures :

Hauteur en m 0. 32
Largeur en m 0. 40
Hauteur avec cadre en m 0. 45
Largeur avec cadre en m 0. 525
Epaisseur du support en m 0. 020
Epaisseur du cadre en m 0. 045
Hauteur en pouces 12
Largeur en pouces 15

Inscriptions / marques :
 


Type d'inscription :

Emplacement :
en bas à droite

Transcription :
"Chardin 1764"

Description analytique :
 

 
Il existe de cette composition qui a appartenu au collectionneur angevin Pierre Louis Éveillard de Livois (1736-1790) une seconde version, datée 1765, au musée de Picardie à Amiens. On ne peut dire avec certitude laquelle de ces deux toiles fut exposée au Salon de 1765 où Diderot la vit et en fit un commentaire enthousiaste : « Dispersez seulement autour de la corbeille quelques grains de raisin séparés, un macaron, une poire et deux ou trois pommes d’api ; on conviendra que des grains de raisins séparés, un macaron, des pommes d’api isolées ne sont favorables ni de formes ni de couleurs ; cependant qu’on voie le tableau de Chardin ». Et de s’écrier : « Vous venez à temps, Chardin, pour recréer mes yeux [...] Vous revoilà donc, grand magicien, avec vos compositions muettes ! Qu’elles parlent éloquemment à l’artiste ! Tout ce qu’elles lui disent sur l’imitation de la nature, la science de la couleur, et l’harmonie ! Comme l’air circule autour de ces objets ! ». L’œuvre d’Angers, par son dépouillement extrême, sa manière très chargée et en même temps vaporeuse, exprime la quintessence du mystère Chardin aux yeux de Diderot : « il n’a point de manière ; je me trompe, il a la sienne [...] il a de commun avec la manière heurtée, que de près on ne sait ce que c’est, et qu’à mesure qu’on s’éloigne l’objet se crée et finit par être celui de la nature. Quelquefois aussi il vous plaît presqu’également de près et de loin ».

Indexation :
 

Sujet / thème :

Domaine :

Collection antérieure :
 


Type de collection :
Collection privée

Collection :
Livois (de), Pierre-Louis, marquis

Date :
1799

Lieu :
Angers

Statut administratif :
 

Statut :
Actuel

Acquisition :
1799.1 Saisie révolutionnaire : Livois (de)

Date d'entrée :
mars 1799

Numéro d'inventaire :

Département :

Bibliographie :

Exposition :



Nous contacter ?
Pour plus d’information, pour une question ou pour nous signaler une erreur, n’hésitez pas : Ecrivez-nous